Fort Mc Money

Fort Mc Money , Dommage !

Publié le

J’ai essayé de continuer à voir Fort Mc Money, car malgré les défauts que j’ai pu souligner dans l’article précédent, le sujet et le jeu me semblaient très intéressants. Le jeu est découpé en 5 épisodes mis en ligne à 1 semaine d’intervalle, je voulais donc regarder le 2e épisode. Hélas ! cela doit faire une heure que je suis dessus sans avoir le sentiment de vraiment progresser. Je fis face à de multiples petits plantages de flash. Je clique, il ne se passe rien, tout est figé. Par acquit de conscience, je vérifie l’activité réseau, rien ! Électroencéphalogramme plat ! Donc c’est clairement l’interface du jeu qui a planté. J’ai bien sûr branché ma clef 3G pour avoir un peu plus de bande passante que mes pauvres 512kb/s, j’ai pu ainsi voir quelques vidéos, mais cela fait 4 ou 5 fois que je suis obligé de rafraîchir la page pour débloquer le jeu, et à chaque fois, ce rechargement de page me fait revenir en arrière dans la navigation. Je réinstalle le plug-in flash, puisque je vois que je ne suis pas tout à fait à jour (1 ou 2 versions mineures en moins). Je recommence ma navigation avec mon plug-in tout neuf, et là fantastique, ça a l’air de fonctionner, mais au bout d’un moment, Boum ! Ça recommence, je suis bloqué dans un couloir de Blacksand Camp sans pouvoir en sortir. Je crois donc que je vais laisser tomber. Ce web-doc est soit incompatible avec certains navigateurs, j’ai essayé Firefox et Safari, soit à un souci avec le Mac.

De plus, les quelques séquences vidéo que j’ai pu visionner me laissent un peu sur ma faim. On a souvent affaire à des travellings en voiture dans Fort Mc Murray avec une voix off. Ces séquences permettent en général de se déplacer d’un quartier vers un autre, elles sont souvent très télégéniques : neige dans les rues, usines éclairées la nuit. Mais au bout d’un moment, je trouve cela un peu lassant, le réalisateur aurait peut-être pu changer de temps en temps de méthode, et découvrir des ambiances de rues autrement qu’à travers un pare-brise. On retrouve les interviews sur pied sans aucun changement de cadre, que j’avais déjà critiqué dans mon article précédent, on y aura donc droit jusqu’à la fin puisque visiblement c’est un style. D’autres impressions du 1er épisode se confirment, comme cette séquence des 2 Somaliens qui nous parlent un peu de leur métier. Ils sont assis sur un lit, ils racontent brièvement leur travail de chauffeur, mais les seules images d’illustration qui nous sont proposées c’est ces 2 hommes dans le réfectoire du camp, rien qui nous permet de découvrir réellement leurs conditions de travail. J’ai vraiment l’impression quelquefois qu’il y a 2 types de tournages. Certains avec des repérages, où l’on prend le temps de faire des images pour avoir un vrai sujet, et d’autres que l’on fait au hasard des rencontres avec des images faites sur place vite fait pour avoir quelques illustrations. Le fait de diffuser sur le web, avec une belle interface et un concept de navigation très original, ne doit pas, à mon avis, faire oublier le fait d’avoir un film, ou des films en l’occurrence, bien construit, avec une vraie valeur documentaire. Pour moi, ce n’est pas le cas ici, il y a malheureusement beaucoup de sujets tournés type « news ».

Dommage !

Publicités

Fort Mc Money un web-doc-jeu

Publié le Mis à jour le

Je commence ce blog fin novembre 2013, je vais donc vous parler du web-doc qui fait le buzz en ce moment : Fort Mc Money.
Ce jeu vidéo créé par David Dufresnes, qui avait déjà été l’instigateur de Prison Valley, va vous faire découvrir la ville de Fort Mc Murray, vous noterez au passage le subtil changement de nom, qui laisse entrevoir les propos du réalisateur. Cette ville du nord-ouest du Canada est le nouvel eldorado, elle est en effet le cœur de l’industrie pétrolière canadienne, et le poumon économique de l’Alberta, province canadienne dont elle dépend. C’est à cet endroit que l’on extrait les sables bitumineux. Ce web doc vous permettra de prendre le contrôle de la ville pour faire triompher votre vision du monde, mais attention vous n’êtes pas le seul à vouloir contrôler cette ville, vous devrez acquérir au fur et à mesure de votre parcours le maximum d’influence pour pouvoir infléchir la politique de la ville.
À mon domicile, situé à moins de 50 km d’une des plus grandes villes françaises, je ne reçois que de l’ADSL à 512Kb/s. Je suis donc toujours curieux de savoir comment les développeurs de site comportant des éléments multimédias prennent en compte ce problème qui concerne environ 11 % de la population, et même 25 % de la population si on prend la limite de 2 Mb/s (http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/la_verite_sur_le_debit_des_connexions_internet)
Je me connecte donc à Fort Mc Money et la longue attente commence. Au bout de 3 min, j’accède enfin à autre chose qu’un écran avec un pourcentage. Après environ 1/4 d’heure j’accède à une interface de jeu, mais apparemment rien ne se passe, je recharge la page camping et c’est reparti pour 3 minutes de chargement. Quand je réussis à voir une vidéo, elle est complètement saccadée.
Je note qu’il est quand même prévu de voir les vidéos en 3 résolutions différentes (360, 720, 1080), ce qui veut dire que ce problème de bas débit a été pris en compte. Mais pourquoi avoir choisi pour le développement du flash qui encapsule les vidéos ?
N’aurait il pas été possible de les mettre celle-ci en HTML? Et de pouvoir bénéficier du progressive download ? Comme c’est le cas sur la majorité des portails proposant des visualisations de vidéos, dans ce cas il suffit d’attendre la fin du download pour avoir une lecture fluide et de qualité.
Devant ces difficultés je branche une clef 3G pour pouvoir enfin découvrir ce jeu documentaire.
J’ai donc maintenant un débit me permettant de découvrir cette œuvre.
La très belle séquence d’intro me plonge dans l’atmosphère étrange de cette ville avec cette blancheur de la neige mélangée aux noires fumées des usines pétrolières.
J’arrive au premier lieu de la ville : le camping, là je peux découvrir différents personnages qui vont me faire découvrir Fort Mc Murray. J’adore ce mode de déplacement dans des photos à 180°.
Mon sentiment après quelques heures de jeu et donc de découvertes, c’est que c’est un beau travail une interface de navigation tout à fait originale et j’ai vraiment envie de découvrir cette ville et son environnement.
Mais au-delà de ce mode de narration originale, et de la découverte de Fort Mc Murray très intéressante, je trouve pas mal de choses qui me déçoivent.
Tout d’abord à l’arrivée sur le jeu on ne peut pas s’enregistrer . Ainsi si on se déconnecte on perd le niveau de jeu . On peut rentrer un identifiant et un mot de passe dans le tableau de bord, mais il n’est pas pris en compte. Si je veux me reconnecter avec ces identifiants, ce n’est pas possible. La seule façon que j’ai trouvé de s’identifier c’est à la fin de la séquence vidéo en partant de la mairie pour aller au quartier des sans-abri. Lors de ma navigation j’ai eu des bugs: plusieurs fois des écrans noirs et rien de plus, et même certaines fois plantage du navigateur. Ce problème d’écrans noirs je l’ai déjà rencontré sur d’autres sites, je pense, que c’est des bugs de flash. Je trouve que les vidéos du fait toujours de l’encapsulation flash ne sont pas très fluides, j’ai l’impression qu’elles sont plus proches de 12im/s que de 25im/s. Et un petit problème d’ergonomie : la jauge indiquant le défilement de la séquence vidéo vient exactement au-dessus de certains sous titre, ce n’est du coup pas très aisé de les lire.

Voilà quelques remarques sur la forme qui s’amélioreront certainement avec le temps, le site est en ligne depuis moins d’une semaine quand j’écris ces lignes. Mais je vais être aussi critique sur les différentes séquences vidéo que j’ai pu voir. On sent souvent des tournages sur le vif, caméra à l’épaule, style actu, plutôt style reportage que documentaire. Ce type de tournage n’est certainement pas un défaut, et peut contribuer à une grande dynamique, mais j’ai l’impression il est un peu trop systématique.Tandis que des séquences où visiblement on a pris un peu de temps avec les personnages, ceux-ci sont tout de suite beaucoup plus attachants, je pense en particulier à Carl.
Dans le même genre les interviews, dont on peut écouter les réponses aux différentes questions que je choisis à l’écran, sont toujours cadrés en plan fixe d’un bout à l’autre, sans jamais le moindre recadrage qui permettrait pour le coup d’avoir une plus grande dynamique à l’image. On a l’impression qu’il y avait une personne seule qui a posé la caméra sur pied et qui posait les questions sans pouvoir s’occuper du cadre.
En conclusion, je trouve, comme je le disais plus haut, que le mode de narration est vraiment original et le jeu très bien fait et l’on a hâte d’y revenir. J’attends avec impatience les nouveaux épisodes. Mais je trouve dommage qu’un projet ayant disposé d’un tel budget (620.000 €) souffre de ces défauts.
Et dernière chose, quitte à passer pour un anti-flash primaire, l’utilisation de flash empêche la visualisation sur les plates formes IOS (iPhone, iPad). Il est bien question d’une version iPad sur certains sites, mais je ne l’ai pas trouvée. Quelqu’un peut-il résoudre ce mystère ?

Related articles

« Fort McMoney » : présentation du jeu documentaire

Publié le

Le blog documentaire

Le Canada débarque en France ! Et accessoirement sur Le Blog documentaire… Deux événements d’ampleur coordonnés par nos soins se dérouleront coup sur coup ce lundi et ce mercredi à Paris. Avec d’abord l’avant-première mondiale de « Fort McMoney », pilotée par David Dufresne le 18 novembre dès 19h30 à la SCAM, avec Le Monde, ARTE et l’ONF. Puis la conférence exceptionnelle de l’Office National du Film du Canada, le 20 novembre à 20h à l’ENS, en présence de Dominique Willieme qui reviendra sur les programmes interactifs produits par cette structure. Un auteur et un producteur qui présentent ici le nouveau jeu documentaire de l’ONF…

Comment ça s’écrit « Fort McMoney » ?

fort mcmoney bando

David Dufresne s’est donc lancé ce pari fou de créer un « jeu documentaire ». C’est osé, c’est audacieux, mais on n’en attendait pas moins de celui qui, toujours avec Philippe Brault, signait Prison…

Voir l’article original 1 659 mots de plus