Fort Mc Money , Dommage !

Publié le

J’ai essayé de continuer à voir Fort Mc Money, car malgré les défauts que j’ai pu souligner dans l’article précédent, le sujet et le jeu me semblaient très intéressants. Le jeu est découpé en 5 épisodes mis en ligne à 1 semaine d’intervalle, je voulais donc regarder le 2e épisode. Hélas ! cela doit faire une heure que je suis dessus sans avoir le sentiment de vraiment progresser. Je fis face à de multiples petits plantages de flash. Je clique, il ne se passe rien, tout est figé. Par acquit de conscience, je vérifie l’activité réseau, rien ! Électroencéphalogramme plat ! Donc c’est clairement l’interface du jeu qui a planté. J’ai bien sûr branché ma clef 3G pour avoir un peu plus de bande passante que mes pauvres 512kb/s, j’ai pu ainsi voir quelques vidéos, mais cela fait 4 ou 5 fois que je suis obligé de rafraîchir la page pour débloquer le jeu, et à chaque fois, ce rechargement de page me fait revenir en arrière dans la navigation. Je réinstalle le plug-in flash, puisque je vois que je ne suis pas tout à fait à jour (1 ou 2 versions mineures en moins). Je recommence ma navigation avec mon plug-in tout neuf, et là fantastique, ça a l’air de fonctionner, mais au bout d’un moment, Boum ! Ça recommence, je suis bloqué dans un couloir de Blacksand Camp sans pouvoir en sortir. Je crois donc que je vais laisser tomber. Ce web-doc est soit incompatible avec certains navigateurs, j’ai essayé Firefox et Safari, soit à un souci avec le Mac.

De plus, les quelques séquences vidéo que j’ai pu visionner me laissent un peu sur ma faim. On a souvent affaire à des travellings en voiture dans Fort Mc Murray avec une voix off. Ces séquences permettent en général de se déplacer d’un quartier vers un autre, elles sont souvent très télégéniques : neige dans les rues, usines éclairées la nuit. Mais au bout d’un moment, je trouve cela un peu lassant, le réalisateur aurait peut-être pu changer de temps en temps de méthode, et découvrir des ambiances de rues autrement qu’à travers un pare-brise. On retrouve les interviews sur pied sans aucun changement de cadre, que j’avais déjà critiqué dans mon article précédent, on y aura donc droit jusqu’à la fin puisque visiblement c’est un style. D’autres impressions du 1er épisode se confirment, comme cette séquence des 2 Somaliens qui nous parlent un peu de leur métier. Ils sont assis sur un lit, ils racontent brièvement leur travail de chauffeur, mais les seules images d’illustration qui nous sont proposées c’est ces 2 hommes dans le réfectoire du camp, rien qui nous permet de découvrir réellement leurs conditions de travail. J’ai vraiment l’impression quelquefois qu’il y a 2 types de tournages. Certains avec des repérages, où l’on prend le temps de faire des images pour avoir un vrai sujet, et d’autres que l’on fait au hasard des rencontres avec des images faites sur place vite fait pour avoir quelques illustrations. Le fait de diffuser sur le web, avec une belle interface et un concept de navigation très original, ne doit pas, à mon avis, faire oublier le fait d’avoir un film, ou des films en l’occurrence, bien construit, avec une vraie valeur documentaire. Pour moi, ce n’est pas le cas ici, il y a malheureusement beaucoup de sujets tournés type « news ».

Dommage !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s