le grand incendie Visa d’Or

Publié le Mis à jour le

Ce web-documentaire a reçu le visa d’or RFI-France24 pour cette 6eme édition.

Olivier Laurent président du festival a expliqué:

«Le Grand incendie répond à tous les critères du webdocumentaire. L’utilisation des images et de la vidéo, la mise en avant innovante de l’audio et de l’élément Web, servent l’histoire et non l’inverse»,

Publicités

Nouvelle Calédonie. La décolonisation en marche.

Publié le Mis à jour le

Nouvelle Calédonie. La décolonisation en marche

de Angela Bolis

production: le monde.fr

La Nouvelle-Calédonie, ce petit morceau de France à environ 17.000 km de la métropole, évoque pour certains les plages de sable blanc et les cocotiers, et pour d’autres les évènements sanglants qui ont marqué l’histoire récente de cet archipel dans les années 80. Ceux-ci ont amené les dirigeants indépendantistes et loyalistes à négocier. Ces négociations aboutiront sur la signature des accords de Matignon en 1988, complétées par les accords de Nouméa en 1998. À l’issue de ceux-ci, il est prévu un référendum sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie (indépendance ou maintien au sein de la République française) entre 2014 et 2018.

À travers ce web-doc constitué en grande majorité de  photos et d’écrits, vous pourrez découvrir la réalité de la Nouvelle-Calédonie. Ce Web-Documentaire du monde.fr est divisé en 3 thématiques principales:

Génération 84, les jeunes des « évènements ».

La mémoire des terres, des témoignages de Kanak (habitants originaire de l’archipel) et Caldoches (descendant de colons), concernant le partage des terres, en grande patrie à l’origine du conflit.

L’usine du Nord: témoignages sur la vie après la construction de l’usine de traitement du nickel co-gérée par les Kanaks du territoire et non plus par l’élite de Nouméa. Cette usine qui est un des aboutissements des accords de Matignon a été voulue par les indépendantistes.

Nous sommes passés du système dominant-dominé, qui a régi l’exploitation du nickel pendant plus d’un siècle, avec des populations locales qui voient les retombées leur passer sous le nez, à un système gagnant-gagnant.

Paul Néaoutyine, président de la Province Nord, Palika (Parti de libération kanak)
Et si vous désirez en savoir plus sur la Nouvelle-Calédonie actuelle: un article du monde

le grand incendie

Publié le Mis à jour le

lien : http://le-grand-incendie.nouvelles-ecritures.francetv.fr
Productions: Hongkytong et france télévisions
réalisation: Samuel Bollendorff et Olivia Colo

En France une personne s’immole par le feu dans un espace public tous les quinze jours. Derrière ce constat effrayant et qui fait froid dans le dos se cachent des drames évoqués dans les médias. Mais que savons-nous du contexte qui a amené ces personnes à de telles extrémités ? En général, peu de choses, quelques infos récoltées au hasard des actualités, nous permettent de comprendre que ces personnes avaient subi une énorme pression sociale, et l’actualité passe à autre chose, d’autres « faits divers » puisque sous cette appellation se dissimulent tous les drames humains.
Ce web documentaire a le grand mérite de revenir sur quelques-uns de ces drames. Ici témoignent famille, collègues, travailleurs sociaux, témoins… Mais surtout, l’avantage du format web documentaire permet de mettre en parallèle ces actualités et ces témoignages pour revivre ces drames.
Pour naviguer dans le web-doc, sur un écran blanc défile une ou deux courbes audio, en bas de l’écran une série de mots clefs permettent d’accéder directement à différentes séquences du film. Lorsque la souris arrive sur une des courbes audio, une vidéo en arrière-plan démarre, on découvre alors les témoignages des proches des victimes ou le contexte professionnel ou social qui ont amené à un tel geste.

L’interface est donc minimaliste, mais est très efficace, elle laisse la place aux témoignages. Le fait d’avoir à la fois la timeline des témoignages et celle de l’actualité permet de mettre en parallèle les discours des différents dirigeants et les histoires personnelles de chaque individu. Les premiers : politiques, responsables d’entreprise, ne tiennent compte que de généralités basées sur des statistiques, et ne font peu cas des individus. Ces personnes qui, à bout, sont arrivées à ce geste désespéré et hautement symbolique de s’immoler par le feu.
Les interviews des témoins sont réalisées simplement, les personnes sont assises devant un fond neutre et racontent. Les cadrages sont parfois un peu « hasardeux », je citerai simplement l’interrupteur derrière Mme Louvradoux et Mme Fratta tassée dans le bas de l’image. Mais ces quelques défauts sont minimes et n’enlèvent rien à la parole des témoins.

Pour résumer un web-doc simple et efficace qui nous fait prendre conscience de la détresse de l’individu face à la progression implacable des différentes institutions qui doivent être rentables et se moderniser à marche forcée sans tenir compte des histoires personnelles.

Si vous ne disposez pas d’une connexion au moins égal à 2Mb/s, vous aurez beaucoup de mal à voir ce web doc, visiblement les vidéos se chargent en arrière plan, et lorsque vous déplacer la souris sur une des courbes audio, il ne se passe rien avant une très long moment.

A noter qu’il est possible de télécharger une application le grand incendie sur l’app store et google play, pour visualiser ce web doc sur Ipad, Iphone ou téléphone et tablette Androïd.

Data Dealer légal illégal ce n’est pas important.

Publié le Mis à jour le

Lien : https://datadealer.com

créé par une petite équipe basée à Vienne (Autriche), défenseurs de l’open source et de l’internet libre.

datadealer

 


 

Data dealer n’est pas, à proprement parler, un web-documentaire, mais, il nécessite tout de même une attention particulière.

Il s’agit d’un jeu qui a pour but de nous sensibiliser au business de la vente des données sur Internet. Vous avez certainement des comptes sur les réseaux sociaux ; vous êtes inscrit sur des sites d’actualités, de jeux, vous commandez en ligne. À chaque fois, vous laissez quelques informations plus ou moins confidentielles. Ces informations valent pourtant de l’or. Ces différentes sociétés les revendent à d’autres (assurance, agence gouvernementale, marchands…) toutes ces données provenant de différents sites permettent de construire votre portrait (âge, sexe, centre d’intérêt), et par exemple de pouvoir évaluer les risques en cas d’assurance, de vous proposer des produits au plus près de vos centres d’intérêt pour les marchands, ou de garder un œil sur vous pour les différentes agences gouvernementales.

Au cours de ce jeu, vous allez donc être invité à récupérer le maximum d’informations d’internautes pour les revendre à vos clients. Légal, illégal, cela n’a pas d’importance, comme le dit le slogan du site. Votre seule préoccupation est de vendre des données pour gagner de l’argent, et peut être beaucoup d’argent. Mais avant de vendre vous devez acheter. Il vous faudra soudoyer quelques personnes bien placées, faire appel à de vieux amis, flirter avec le monde des hackers, peu importe, il vous faut récupérer : des millions de mails, des numéros de téléphone, des adresses, des dates de naissance, des  tests de personnalité, des préférences sexuelles, des  numéros de carte de crédit et encore beaucoup plus. Créer vos entreprises de collectes de données, maintenez une image médiatique positive, malgré vos activités répréhensibles. Un peu de lobbying ou de manipulation de Wikipédia peut certainement vous aider.

Donc un jeu passionnant pour se faire une idée du business du commerce des données personnelles. Ce jeu n’est qu’une fiction, mais est-ce si loin de la réalité ? Les grands réseaux sociaux internationaux détiennent des dizaines de milliards d’informations plus ou moins privés, qu’en font-ils ?

Data dealer est dispo en version démo directement sur le site, et une version bêta plus élaborée est à demander sur le site, en vous inscrivant sur celui-ci, si vous osez…

« Gare du Nord », un dispositif documentaire transmédia

Publié le Mis à jour le

Dans cet article vous en apprendrez un peu plus sur cette oeuvre

Le blog documentaire

Cela faisait de nombreux mois que nous attendions ces objets sur Le Blog documentaire. Claire Simon travaillait sur la gare du Nord depuis plusieurs années… Et voici enfin le résultat de cette immersion au long cours : un film documentaire, une fiction, et un objet web. Présentation ici, avec Nicolas Bole.

garedunordBien sûr, nous reviendrons plus longuement sur le triptyque que Claire Simon a initié sur la gare du Nord. C’est évidemment une bien curieuse façon de commencer un article que de donner rendez-vous dans quelques semaines, mais l’ampleur du projet le justifie. Pour qu’infusent les sensations et les correspondances entre fiction, doc et webdoc, pour qu’en qualité de (web)spectateur, notre opinion sur un travail aussi imposant (4 ans d’immersion) ne se réduise pas à de premiers jugements hâtifs.

Car ce coup d’essai, inédit autant par son caractère réellement transmédia que par le profil de sa réalisatrice, issue du documentaire…

Voir l’article original 1 185 mots de plus

Le défi des bâtisseurs

Publié le

début

Création et conception, designer d’expérience : Julien Aubert

Une coproduction : SEPPIA – INDI FILM – ZDF — ARTE GEIE


En partenariat avec : Orange — le CFRT

Lien http://cathedrale.arte.tv/webdoc/#/fr/home

 

Devenez bâtisseurs de cathédrale découvrez les secrets des bâtisseurs de l’époque et imaginez une seconde tour virtuelle à laCathédrale de Strasbourg dans le « Tower Builder » du webdoc.

maquette

Lorsqu’on démarre la lecture du web documentaire, on est accueilli par des images sympas de gros plans de maquette en traveling avec une faible profondeur de champ, les plans s’élargissent et l’on découvre la salleou des personnes travaillent à la conception de la maquette. Mais après ça se gâte.

Une prise de vue en caméra subjective veut nous faire croire que les personnes assises autour d’une table s’adressent à nous. Malheureusement, le tournage en caméra subjective qui a l’air si simple à faire est extrêmement difficile à réussir, et là, ça ne rate pas, c’est justement raté. Cette caméra subjective que l’on peut encore admettre pour la séquence d’intro, est un parti pris, et vous allez la retrouver tout le long de ce web-documentaire. Donc comme il est écrit dans la rubrique « à propos » du web-doc : « Vous incarnez un jeune architecte et vous vous engagez dans une enquête auprès de nombreux spécialistes. « 
polution2

Ces spécialistes doivent nous faire découvrir les secrets de la cathédrale de Strasbourg. Tout est donc filmé en caméra subjective, mais l’écran est constamment « pollué » comme un écran d’ordi avec des messages, un agenda et autres icônes servant à la navigation et à l’interactivité. Le problème c’est que si la caméra est censée remplacer mon regard, quand je regarde quelque chose avec mes yeux je n’ai pas différentes icônes dans mon champ de vision comme sur un écran d’ordinateur, à moins bien sûr de porter des Google glass, ou autre gadget du même genre. D’ailleurs pour que ce mode de narration en caméra subjective soit un peu moins artificiel, il faut peut-être effectivement le voir avec des lunettes immersives utilisées pour les jeux vidéo. La prise de vue est donc en plan-séquence, subjectivité oblige, mais de temps à autre ce plan est coupé à l’arrache avec un faux raccord, en particulier quand on est dans la voiture.

livreLe récit et l’interactivité du site vous emmènent donc à la rencontre de spécialiste qui vous parle de la cathédrale de Strasbourg, mais bien sûr tout ça n’est pas monté, vous les suivez donc dans les couloirs, les plans d’illustrations n’existent pas, il y a simplement de temps à autre un regard subjectif vers un livre ouvert sur la table ou une illustration tenue dans les mains de l’intervenante. Tout ça sent un peu l’impro en terme de tournage.

Pourtant, de temps à autre, quand on se promène dans ce jeu en ligne, on découvre tout d’un coup des images de bonne qualité avec de beaux mouvements de caméra, et des images de synthèse de qualité. J’ai compris en visionnant la bande-annonce du film de Marc Jampolsky, intitulé également « le défi des bâtisseurs », que ces séquences provenaient de ce film tourné en 3D également coproduite par Arte.

Le jeu est développé en flash, donc plantouillage flash de temps à autre, et incompatibilité iPhone, iPad. Pour ces plates formes vous avez accès à la « médiathèque » pour visualiser différents médias : illustration avec voix off, et vidéos issues du film « le défi des bâtisseurs », mais d’après ce que j’ai pu en juger aucune séquence en vue subjective du web-doc !

cathedrale builder

Mais au-delà de ce parcours vidéo, vous avez aussi la possibilité de construire une deuxième tour à la cathédrale de Strasbourg, virtuellement bien sûr. Vous avez une vue en synthèse de la cathédrale avec différents éléments à empiler, une fois que vous êtes satisfait du résultat partagez-le sur les réseaux sociaux. Il était même possible de participer à un concours, maintenant terminé, organisé par Arte pour choisir le meilleur projet.

Quant à la visualisation sur des connexions Internet bas débit (inférieur à 1 Mb/s), elle reste possible quand vous passez la qualité des images en SD, bien qu’étant difficile en raison de la nécessité pour le navigateur de charger (bufferisé) la vidéo, même si celle-ci est fortement compressée, à en croire la qualité vidéo, le débit reste important.

Donc ce web-doc intéressant sur le fond est très mal servi par une forme pas terrible, dû à un tournage mal foutu. Alors que quand on voit les extraits du film 3D qui rend hommage à la beauté de l’édifice il y avait la possibilité d’avoir de belles images servies par un mode de narration originale. L’idée de la personne qui va à la rencontre de différents spécialistes de la cathédrale pour recueillir des informations est bonne pour l’interactivité, mais pour le cas le résultat est décevant.

Alma une enfant de la violence

Publié le

Alma

Réalisation: Miquel Dewever-Plana et Isabelle Fougère

production : ARTE, UPIAN, VU’

en partenariat avec: taz.die tageszeitung, France Info, Télérama, Rue 89

lien : http://alma.arte.tv/fr/

Le Guatemala ? J’imagine que pour la plupart d’entre vous, comme pour moi, on pense à un pays d’Amérique centrale avec une culture issue des Indiens précolombiens et des plages de sable blanc sur lesquelles on peut profiter du soleil des caraïbes. Le Guatemala c’est certainement en partie cela, mais en regardant Alma une enfant de la violence, vous n’allez plus vraiment avoir envie d’aller vous prélasser sur les plages de ce pays.

Alma va vous raconter l’envers du décor. Elle a appartenu pendant 5 ans à l’un des gangs les plus violents. Un témoignage unique, dans lequel les mots de la jeune femme
ouvrent sur les images de ses souvenirs, du quotidien du Guatemala
et de l’intérieur des gangs.

Alma est cadrée en plan moyen, elle vous regarde et commence son récit. Elle explique, qu’a 15 ans, elle veut entrer dans un gang. On découvre avec les modules documentaires de cet excellent web-doc que les enfants des bidonvilles côtoient les gangs depuis leur plus tendre jeunesse, et sont pour eux un modèle. Elle continue son récit en racontant qu’elle rentre dans une maison où ces compagnons sont en train de violer une femme, elle regarde. Ses compagnons lui demandent de tuer cette jeune femme, elle s’exécute et vous raconte en détail comment elle s’y prend, malgré les supplications de la victime. Inutile de vous dire que c’est assez dur à entendre. Elle poursuit, elle doit maintenant passer l’épreuve pour devenir membre du gang. En tant que fille, elle a deux choix : soit être violée collectivement par ses futurs compagnons, soit passer l’épreuve des garçons, qui consiste à être bastonné pendant plusieurs minutes par ces mêmes futurs compagnons. Elle choisit d’être bastonnée. Et le récit continue…
Ce long entretien de 40 min est très prenant, mais ne constitue pas un web documentaire. La séquence vidéo pourrait être sur You Tube, Daily Motion, Vimeo ou autre plate forme de diffusion vidéo. Mais, à ce film vient se rajouter différentes images d’illustration que vous faites apparaître, pendant qu’Alma parle, en montant votre souris vers le haut de l’écran. À mon avis ça n’apporte pas grand-chose, le récit en plan fixe d’Alma se suffit à lui même. Mais à côté de ce film, vous avez accès à 4 modules qui se présentent comme une sorte de diaporama qui vous aide à comprendre cette violence au Guatemala. Un module vous permet d’en savoir plus sur l’histoire et la géographie du pays, un second vous explique le fonctionnement des gangs, un autre vous apporte des témoignages sur le 2e pays le plus violent du monde, et un dernier vous informe sur les solutions envisagées pour sortir de cette violence et vous donne les liens vers différentes organisations qui essayent d’améliorer la situation.

Je trouve ce web-doc très bien fait, simple, mais efficace, où l’on découvre avec horreur les conditions de vie de nombres de Guatémaltèques.

Et, pour mon propos habituel sur les conditions de visualisations lorsque l’on ne dispose pas du très haut débit, celles-ci demeurent très bonnes. La vidéo rame un peu de temps à autre, mais cela reste acceptable. Quand aux modules complémentaires, ils se présentent sous forme d’images fixes et de textes, cela ne pose donc aucun souci de visualisation même si vous êtes en bas débit.

Ce web-doc se décline également sur Ipad, I phone et tablette Androïd en téléchargeant l’application sur votre store habituel.

Et pour terminer, sachez que quand Alma a voulu sortir de son gang, ses compagnons ont décidé de la tuer, elle en réchappe, mais est aujourd’hui en fauteuil roulant et tente de se reconstruire.